Infanterie de l'air

 
 

            Le Capitaine Geille, premier parachutiste français, pilote de chasse dans l’armée de l’air, reçoit le brevet d’instructeur en chef de parachutisme en 1935 à Tuchino, près de Moscou. 

La première vitrine du musée lui est entièrement consacrée, comportant des effets personnels : médailles, Légion d’honneur, photographies, carnet de routes, etc.… le tout, donné par Madame Danouta-Geille, la fille du Capitaine Geille.

Le second panneau constitué de cadres photographiques, présente différentes scènes de parachutisme de l’époque, illustrant les difficiles prémices avant-gardistes du parachutisme moderne. Témoin, la façon de sauter de l’aile de l’avion, la configuration des appareils de l’époque et le type de parachute ne permettant pas de sauter directement de l’intérieur, ce qui rétrospectivement laisse plutôt admiratif.

 

 

            Le panneau suivant présente quelques scènes de genre de la vie quotidienne de ces pionniers du parachutisme parmi lesquels on peut reconnaître l’incontournable Capitaine Geille mais aussi le Capitaine De Papin-Bozardieres ou encore le Lieutenant Horwatte. D’autres représentations évoquent différentes et exigeantes étapes auxquelles le stagiaire devait satisfaire afin d’obtenir son brevet (pas moins de onze sauts avec ouverture retardée).

Le mannequin portant la tenue de vol des parachutistes de l’époque a un signe particulier : le brevet de parachutisme est porté sur l’épaule gauche.