La génèse

L'INFANTERIE DE L'AIR

L'Armée de l'Air, issue de l'Armée de Terre, a été créée en 1934. 

Ce sont les Soviétiques qui les premiers mettent sur pied, dès 1931, un détachement aéroporté motorisé expérimental.

En juin 1935, l'armée de l'air envoie au centre d'instruction du parachutiste de Touchino, près de Moscou, trois officiers, pour étudier l'utilisation tactique des troupes aéroportées. Parmi eux figure le Capitaine Geille, qui fut à cette occasion le premier officier français breveté parachutiste. Ces observateurs ont été vivement impressionnés par les manœuvres aéroportées russes à Kiev où l'on vit pour la première fois au monde la mise à terre par parachute de 1050 hommes et le poser d'assaut de 1700 autres avec canons et véhicules.

Le 12 septembre 1935, un arrêté signé par le général Denain, Ministre de l'Air, crée un centre d'instruction parachutiste à Avignon- Pujaut. Chargé de former les futurs cadres et instructeurs, il est créé et commandé par le Capitaine Geille. L'énergie et la ténacité de cet officier lui permettent de préparer l'avênement des 601ème et 602ème Groupe d'infanterie de l'air (GIA) mis sur pieds à compter du 1er avril 1937. Basés respectivement à Reims et Baraki (Algérie), ils comprennent chacun un état major, une compagnie d'infanterie de l'air et une escadrille de transport qui assure leur autonomie. Leur mission est claire : transporter par avion et débarquer par parachute en territoire ennemi des hommes aptes au combat d'infanterie et aux destructions de toute nature. L'efficacité opérationnelle brillamment démontrée lors des manoeuvres nationales ne fait pas l'unanimité. Les études ultérieures n'aboutissent à aucune conclusion pratique.

Le 26 août 1938, le brevet de parachutiste de l'Infanterie de l'Air est crée.

En 1939, alors que débute le second conflit mondial, le 601ème GIA s'installe à Pujaut, le 602ème GIA à Montélimar. Réunis, ils constituent un groupement d'infanterie de l'air qui est placé en réserve générale. En mars 1940, ils forment une compagnie de marche qui effectue des missions de corps franc au profit de la 28ème division alpine. Barate et Salacroup sont les deux premiers parachutistes morts pour la France. Le 23 juin 1940, le groupement est replié sur Alger Maison Blanche. Il est dissout dans l'indifférence générale le 24 août sans avoir effectué un saut opérationnel.................

Mais ce n'est qu'une pause de courte durée, en effet les Français réfugiés à Londres sont décidés à poursuivre le combat.

 

LES REGIMENTS PARACHUTISTES


 

En juillet 1941, une fraction des personnels est regroupée à Alger Oued Smar pour former la compagnie d'infanterie de l'air n°1 sous le commandement du Commandant Sauvagnac (brevet de parachutiste n°1 à Avignon-Pujaut) . Celle-ci fait mouvement vers le Maroc, se renforce et devient le 1er Régiment de chasseurs parachutistes qui a pour chef le Colonel Geille. Calqué sur le modèle américain, il est rattaché à la 82ème Airborne Division. Il est stationné sur le terrain d'Oudja aux côtés du 505ème parachutiste infantry regiment qui sera parachuté en Normandie le 06 juin 1944 à Sainte Mère l'Eglise. Aéroporté en Sicile puis à Rome, il est engagé en octobre, dans les Vosges comme troupe d'infanterie. Il participe aux premières et deuxièmes campagnes d'Alsace en décembre 1944 et janvier 1945.....

Peu après l'appel du 18 juin 1940 du Général De Gaulle, la 1ère compagnie d'infanterie de l'air (Capitaine Berge) est créée le 29 juin 1940 en Grande Bretagne, au sein des Forces Françaises libres. Elle ne regroupe tout d'abord qu'une poignée de volontaires mais rapidement renforcée par de nouveaux arrivants, elle est dirigée en juillet 1941 vers le Moyen Orient. Transformée en octobre en 1ère compagnie parachutiste, elle est intégrée en décembre à la "spéciale air service brigade" sous le nom de "french squadron". Celle-ci prend part aux campagnes de Lybie et de Crète, puis en janvier 1943, du sud Tunisien.

En juillet 1943, de retour en Grande Bretagne, ses éléments sont intégrés au 1er bataillon d'infanterie de l'air et enfin, début 1944, en 2ème Régiment de chasseurs parachutistes, type SAS.

Tripoli, mai 1943, le 3ème bataillon d'infanterie de l'air est créé avec des volontaires d'Afrique Française du nord. Quelques mois après, il est dirigé sur la Grande Bretagne ; renforcé, il donne naissance au 3ème Régiment de chasseurs parachutistes, type SAS (Commandant Paris De La Bollardière). Ses éléments sont parachutés dès le 01 juin 1944, en Bretagne, en Franche Comté, et plus tard dans les Ardennes. En avril 1945, il participe aux opérations de Hollande.

Le second conflit mondial terminé, ces jeunes et ardentes formations d'élite parées du prestige et de la gloire qui auréolent la valeur militaire, sont rattachées à compter du 1er août 1945 à l'armée de terre. Elles entrent dans la composition des nouvelles divisions aéroportées.

Les 2ème et 3ème Régiments de chasseurs parachutistes sont dissous fin 1945. Ils ne seront jamais reconstitués. Les régiments actuels, malgré la similitude des chiffres, n'en sont pas les héritiers.

Le 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes est le seul à conserver ses racines Armée de l'air, ainsi qu'en témoignent les "charognards" placés sur les épaulettes de leur uniforme et leur insigne, qui est celui de l'ancien 601ème GIA........