La formation

 

Qu’il soit officier, sous-officier ou militaire du rang, le personnel servant en unité de protection ou en commando parachutiste de l’air appartient à la spécialité des « fusiliers commandos de l’air », identifiée par l'indice numéro 341X. La lettre X prend la valeur correspondant au brevet détenu.

 

 

Après avoir suivi une formation générale dans l'une des Écoles militaires de l’armée de l’air (École des officiers de l’Air à Salon-de-Provence ; École de formation des sous-officiers d’active à Rochefort ; Centre de formation des militaires techniciens de l’air à Saintes), le personnel reçoit ensuite une formation de spécialisation qui, en fonction du brevet professionnel obtenu, autorise l’accès à des emplois au sein des unités de la Brigade aérienne des forces de sécurité et d’intervention.

 

Cette formation de spécialisation compte quarte niveaux attribuant 4 types de brevets militaires professionnels :

-      Le brevet militaire de fusilier de l’air ou le brevet militaire de maître chien de l’air,

-      Le brevet militaire de fusilier parachutiste de l’air ou le brevet militaire de maître chien parachutiste de l’air,

-      Le brevet militaire de commando parachutiste de l’air,

-      Le brevet militaire de commando des forces spéciales air.

 

Nota : à côté de la formation professionnelle existe la formation promotionnelle. C’est cette dernière qui va déterminer la carrière suivie par le militaire en lui permettant de gravir l’échelle des grades et donc, d’accéder à des responsabilités d’un niveau supérieur. Ainsi, par exemple, un sergent-chef peut  être titulaire du brevet de fusilier parachutiste de l’air ou de commando parachutiste de l’air ou encore de commando des forces spéciales air. Chaque poste d’une unité est donc caractérisé par un niveau de formation promotionnelle à détenir (le grade) et un niveau professionnel (un brevet militaire ou, parfois, une qualification spécifique).

 



 Le stage MAQUIS

 

Avec le bagage des connaissances militaires acquises dans les Écoles de l’armée de l’air, les candidats à la spécialité de fusilier commando de l’air intègrent le premier niveau de formation professionnelle, dénommé stage MAQUIS. D’une durée de cinq semaines pour les militaires du rang et de sept semaines pour les officiers et les sous-officiers, la formation,  qui se déroule à l’Escadron de formation des commandos de l’air de Dijon, a pour objectifs principaux, d’acculturer les candidats à leur future spécialité, de les amener à un niveau physique correct, de certifier leur aisance dans l’emploi de l’armement de base et de les former aux procédures de protection d’une installation de l’armée de l’air. Pour les officiers et les sous-officiers s’ajoute l’enseignement des techniques du commandement.


Si un militaire technicien de l’air (MTA) peut envisager une affectation en unité de protection après la réussite au stage Maquis, il ne constitue qu’une phase de préparation pour les candidats officiers et les sous-officiers.


La formation de niveau 1 délivre le brevet militaire de fusilier de l’air au MTA  qui se voit alors remettre le béret de fusilier commando de l’air.


 

Le MTA cynotechnicien poursuit par une instruction spécialisée en cynotechnie d’une durée de 4 semaines, à l’escadron de formation des commandos de l’air ou dans l’un des deux centres de l’armée de Terre (la formation est interarmées). A l’issue, le brevet militaire de maître chien de l’air lui est attribué.

Le stage MATOU

 

Durant les 12 semaines de stage à l’EFCA, le candidat reçoit une instruction théorique et pratique orientée vers les techniques de protection d’une base opérationnelle implantée sur un théâtre d’opérations. Combat, armement, transmissions mais aussi rusticité, techniques d’auto-défense sont quelques matières figurant au programme de formation dense mais progressif et dont le point d'orgue est l'obtention du brevet  TAP (troupes aéroportées) qui marque l'entrée du stagiaire dans le cercle des parachutistes.

 

La réussite au stage MATOU délivre le brevet militaire de fusilier parachutiste. A l’issue d’une formation cynotechnique complémentaire, le maître chien est breveté maître chien parachutiste de l’air.

Pour le MTA, ce brevet militaire ouvre les portes des CPA 20 et CPA 30 en le déclarant apte à servir dans des missions de renfort de protection en opérations.

Pour l’officier et le sous-officier, le brevet de fusilier parachutiste constitue le niveau minimal à détenir pour entrer dans la famille des fusiliers commandos de l'air. Le stage MATOU attribue le certificat élémentaire (CE) de fusilier commando de l’air au sous-officier qui obtiendra le brevet élémentaire (BE) à l’issue d’une phase d’application de plusieurs mois effectuée au sein du CPA 20 ou du CPA 30.